La laïcité, oui. L’allahicité, non. Ecrivez aux députés !

Madame, monsieur le député,

Je tiens par la présente à m’associer à la campagne d’information sur le halal initiée par l’association Résistance républicaine et à attirer votre attention sur le développement du secteur halal dans notre pays, qui porte atteinte et à la liberté de conscience, à la liberté de travailler, au respect de la loi de 1905 et au respect dû aux animaux que nous ne devons pas faire souffrir inutilement.

En effet, l’animal abattu selon le rite musulman doit être saigné vivant et, pour être sûr qu’il soit vivant, il doit être conscient, ce qui l’amène à endurer une grande souffrance pendant les nombreuses minutes de l’agonie

Par ailleurs, une taxe religieuse est perçue sur la viande ainsi obtenue et reversée à 3 mosquées : la grande mosquée de Paris, la mosquée de Lyon et la mosquée d’Evry, taxe qui représente des dizaines de millions d’euros- 8 à 10 centimes d’€ par kg selon Mohamed Moussaoui président du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman)- ce qui conduit tous ceux qui mangent halal, volontairement ou involontairement, à financer le culte musulman. De la même façon, l’achat de produits halal par les institutions publiques est un financement détourné et illégal d’une religion.

Il ne faut pas oublier, non plus, que la bête sacrifiée doit l’être par un musulman, ce qui implique que les abattoirs ont embauché des employés en fonction de leur religion, éliminant ainsi l’accès au poste aux non musulmans. C’est clairement de la discrimination à l’embauche en fonction de la croyance et donc une atteinte claire aux principes républicains.

Enfin, 80% des ovins seraient égorgés en France sans étourdissement préalable, (49%  selon le ministère de l’agriculture), et 2 animaux abattus rituellement sur 3 sont en fait consommés par l’ensemble des consommateurs  car les bêtes se trouvent insérées dans le circuit classique.  En effet, des abattoirs de  plus en plus nombreux pratiquent l’abattage rituel musulman par souci de simplicité et de rentabilité, mettant ainsi dans le circuit « normal » des boucheries et supermarchés de la viande halal que chacun achète sans le savoir, participant ainsi à son insu à un massacre indigne et au financement de mosquées. Qui plus est, manger cette viande assimile les consommateurs à des musulmans malgré eux puisqu’ils participent au rite sacrificiel, ce qui est interdit pour les juifs et les chrétiens et inconcevable pour les athées. C’est comme si l’on obligeait la population française tout entière à participer à l’eucharistie des chrétiens…

Pour toutes ces raisons, je vous demande instamment d’intervenir de trois façons différentes.

D’abord je vous remercie de bien vouloir joindre vos efforts à ceux du sénateur Nicolas About qui vient de déposer une proposition de loi visant à limiter la production de viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement aux strictes nécessités prévues par la réglementation européenne. http://www.senat.fr/leg/ppl09-711.html

Ensuite, je vous prie de bien vouloir œuvrer au sein du Parlement pour que la viande halal soit marquée et ne puisse être vendue au consommateur à l’insu de celui-ci. Il faudrait une certification que l’on pourrait appeler E.A.M. (étourdissement avant mise à mort) pour toute viande non halal.

Enfin, je ne doute pas que vous vous joindrez à tous ceux qui voudraient que la France rejoigne le bord des nations comme la Norvège, la Suisse ou la Suède qui disent non à la souffrance des animaux et interdisent tout abattage cultuel.

Avec mes remerciements anticipés, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de mes salutations respectueuses.